Le coworking a le vent en poupe…

Ou une « nouvelle » manière de travailler est née et fait son chemin à travers le monde

Tous les acteurs et les connaisseurs du coworking ont été confrontés à ce débat récurrent non résolu à ce jour : « Qu’est-ce qu’un espace de coworking exactement ? »
Crédit photo : swissfinte.ch— (Impact Hub — Coworking Space, Zurich)

Crédit photo : swissfinte.ch— (Impact Hub — Coworking Space, Zurich)

Une des difficultés à définir le coworking est le fait que les espaces doivent répondre à des besoins très différents. Car entre une startup dans le secteur IT et une autre, active dans la recherche biologique, les besoins sont loin d’être identiques. C’est également cette différence qui fait que chaque espace de coworking devrait savoir qui sont ses futurs membres, mais également pourquoi une personne ou une startup est à la recherche d’un espace de coworking et quels sont ses besoins de base. 

Cela peut être la recherche d’un espace où des indépendants travaillent ensemble pour des clients distincts ou encore un environnement stimulant, sans hiérarchie, sans compétition, sans politique, un cadre convivial et cosy ou autre chose.

C’est ce qui me fait dire qu’il est plus qu’essentiel de savoir quelle sera la communauté hébergée.

Aujourd’hui, nous voulons une meilleure qualité de vie

Nous le constatons chaque jour : la qualité de vie et l’environnement importent toujours pour plus d’êtres humains. Ce qui fait que les entreprises devront s’adapter rapidement si elles entendent garder les meilleurs éléments et la nouvelle génération émergente. Des systèmes obsolètes, comme celui de se rendre chaque jour à un lieu de travail fixe — qui se trouve loin du domicile des collaborateurs — uniquement pour y effectuer des tâches de base qui pourraient être réalisées dans un endroit plus proche de leur domicile, devront disparaître. Si ce n’est la raison qui l’impose, ce seront certainement des problèmes plus terre-à-terre, à l’exemple de la pollution grandissante. 

Seules les entreprises qui comprennent ces besoins et cette réalité vont continuer à prospérer dans le futur.

VillageOffice veut privilégier le bien-être et l’écologie

Yann Heurtaux, un des neuf fondateurs de VillageOffice (qui a vu le jour en février 2016) et cheville ouvrière dans le secteur depuis de nombreuses années, y croit dur comme fer. Selon lui, ce projet est plus qu’un besoin dans le paysage du coworking, c’est un must. 

Il ne fallait rien de plus pour que je lui pose quelques questions, pour mieux comprendre ce que cette société coopérative a fait à ce jour, et va encore faire dans le futur.

Yann, peux-tu nous donner quelques informations sur ce projet qui me semble très intéressant et qui est totalement dans la mouvance de la place de travail moderne du futur ? 

Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à créer VillageOffice ?

Yann : Nous sommes 9 à avoir démarré cette aventure comme tu le précises, alors je vais te donner les miennes pour commencer, ça sera plus court. En ce qui me concerne, deux éléments principalement :

  • le premier, on est enfin passé dans une phase en Suisse où les “pragmatiques” de la Suisse des grosses compagnies traditionnelles commencent à considérer sérieusement le coworking, en tant que façon de travailler différente. Le niveau d’éducation et de veille stratégique sur le sujet a clairement évolué comparé à il y a ne serait-ce que deux ans. On sent enfin un momentum où s’épuiser à évangéliser ne sera plus un tel enjeu : une demande claire, informée, commence à émerger.
  • ensuite, je veux pérenniser mes efforts depuis 2012 dans ce pays à ce sujet, notamment poursuivre les pistes explorées depuis 2015 dans l’association coworking.ch en se donnant les moyens économiques de contribuer durablement. Valoriser les efforts faits par les pionniers indépendants de ce jeune secteur économique, et rendre cette façon de travailler accessible au plus grand nombre. D’après Deloitte, la moitié de la force de travail suisse (soit env. 2.5Mio de personnes) pourrait ou devrait travailler à distance à très court terme. Aujourd’hui, le coworking, cela concerne seulement environ 1’500 personnes en Suisse. Il y a clairement une opportunité pour aider ce secteur économique à croître, et atteindre ainsi plus rapidement des objectifs liés au bonheur au travail, à l’innovation et à la créativité, à une mobilité moins subie et plus durable, pour le plus grand nombre.

Quelle est l’idée de base de VillageOffice ?

Yann : Rendre les meilleures communautés de coworkers et les espaces liés accessibles au plus grand nombre, pour que cette façon de travailler dans la collaboration qu’est le coworking puisse s’ajouter facilement dans la boîte à outils de toutes les entreprises suisses pour qui c’est pertinent. Être aussi un facteur local stabilisant, de durabilité et de pérennité pour cette jeune industrie.

Quelles sont les principales valeurs qui guident les membres de VillageOffice ?

Yann : Nous sommes en train de les raffiner ensemble, puisque nous sommes une jeune équipe, travaillant principalement à distance, et distribuée dans toute la Suisse.

Ce qui se dégage sans équivoque, c’est notre volonté de travailler dur à devenir à terme une “teal organization”, ou une “entreprise libérée”, comme l’expression commence à émerger de la communauté francophone (cf. F. Laloux). Ce qui signifie notamment porter des valeurs telles que la transparence, la plénitude (wholeness), qui “recouvre l’idée qu’un salarié est une seule et même personne dans l’organisation ou dans sa vie privée et que l’organisation ne doit pas le contraindre à “porter un masque”, à renier ses valeurs, à mentir sur sa personnalité pour être accepté”, une finalité évolutive (evolutionary purpose, une certaine interprétation de l’agilité et du mouvement nécessaire pour rester une organisation pertinente), et le principe de l’auto-gestion (hiérarchie souple liée aux projets et objectifs, horizontale et non pyramidale). C’est dans cette logique que nous avons choisi l’holacratie comme système d’organisation de notre gouvernance.

De plus en plus d’entreprises suisses font désormais partie de ce mouvement, on les retrouvent notamment sous la bannière des rencontres #ResponsiveOrg. Le groupe romand se réunira pour la première fois ce 21 juin à Lausanne.

Il faut noter aussi que nous avons choisi la forme de la coopérative de droit suisse, avec obligation de réintégrer nos profits éventuels dans la coopérative, afin de signifier clairement que notre volonté se trouve au-delà du profit économique, dans un fort désir d’impact positif, de long terme. Cela nous permet de cibler plus efficacement nos première recherches de partenariat et d’investissement.

Quelle est la vision de VillageOffice du domaine du coworking ?

Yann : Nous voulons travailler avec et pour les acteurs existant. Mais aussi mieux comprendre les besoins (spécifiques ou pas, les données manquent encore, et nous allons travailler à en établir et partager le plus possible) des télétravailleurs des petites et grandes compagnies suisses, qui découvrent seulement le coworking, après quelques années où on les poussait timidement à essayer de travailler de temps en temps depuis chez eux. Je pense que la mission de VillageOffice dépasse le coworking en lui-même. Il y a plus largement des tiers-lieux, ou espaces hybrides partagés, à réinventer et déployer en plus grand nombre en Suisse, et pas seulement en territoire urbain dense, pour travailler mieux et autrement. Une des questions que nous souhaitons traiter, c’est par exemple : “est-il économiquement viable et bon pour la mobilité et les employés de lancer des espaces hybrides partagés péri-urbains et ruraux ?”.

Quelle est la mission première de VillageOffice ?

Yann : Nous sommes la première “Certified B-Corp pending” suisse, la ligue junior (entreprises de moins d’un an) de ce mouvement mondial, dont un des slogans est “ne pas être les meilleures du monde, mais meilleures pour le monde”. Nous voulons rendre les meilleurs espaces hybrides communautaires disponibles à un maximum de suissesses et de suisses, pour qu’ils puissent découvrir la puissance de ces nouvelles façons de travailler, dès maintenant. Nous sommes persuadés que c’est bon pour les communautés locales, les individus eux-mêmes, les compagnies qui les emploient, les communautés de travailleurs indépendants qui ont lancé ce mouvement, et aussi la planète. Nous allons d’ailleurs traquer ces éléments et leur impact dans le cadre de notre partenariat avec les Nations Unies.

Merci Yann. C’est avec un grand intérêt que je vais suivre les avancées de ce projet. Une idée qui va sans aucun doute trouver un écho favorable dans notre pays et ailleurs. 

Pour plus de renseignements, consultez le site : www.villageoffice.ch

Quoi qu’il en soit, il apparaît clairement que les intérêts sont multiples et importants pour tous, justement

De nouveaux espaces sont créés chaque jour

En d’autres termes : il y a une occasion d’affaires et certainement un gain intéressant en perspective. C’est ce que de nombreux propriétaires d’espaces — opportunistes — se sont dit. Rapidement, la concurrence devant la porte, certains sont entrés dans une lutte acharnée — bien sûr justifiée… à leurs yeux, il en va de leur survie ! — pour acquérir les membres au détriment de l’autre. 

Oui, vous l’aurez certainement compris, nous sommes très loin de l’idée initiale du coworking et de sa philosophie.

C’est un domaine relativement récent

De dire : « Nous sommes un espace de coworking », alors qu’il s’agit d’un lieu où la seule motivation est le partage ou l’encaissement du loyer, peut prêter à confusion et donner une image erronée du secteur. Cela laisse également la place à de nombreuses interprétations, comme ressentir un abus de la dénomination, même s’il s’agit dans certains cas d’ignorance plus que de mauvaise foi.

Est-ce vraiment, ce qui sert la cause ? J’en doute fortement et pense que cela fait plus de mal que de bien au secteur. 

Un coworking, de quoi s’agit-il ?

D’un lieu de rencontres et d’échanges où se retrouvent des personnes avec des intérêts similaires afin de créer une communauté forte et motivée. Également un lieu où il y a un accès à une infrastructure de base qui évite la multiplication d’appareils dans plusieurs lieux. Mais aussi et surtout un lieu où il est possible de trouver de nouvelles idées, voire des partenaires ou des échanges.

Wikipédia le souligne parfaitement : « Cette nouvelle forme de travail remet en question fondamentalement les anciennes théories pyramidales du travail. Aujourd’hui, le travail se fait en réseau par une agrégation ponctuelle de compétences se formant et se reformant selon les projets, plus rapide et flexible que les structures très hiérarchisées des entreprises ».

En bref, un endroit où il fait bon aller et où chacun peut donner quelque chose aux autres membres de la communauté.

Comment reconnaître un espace de coworking ?

Une bonne preuve est certainement la manière dont ce dernier est né. Un espace de coworking démarre en principe par la création de la communauté (le contraire est la pratique courante). En commençant de cette manière, il est possible de tenir compte des besoins de la communauté et d’adapter les locaux. Il y a une vraie communauté qui s’engage. L’échange y est vif et varié.

Il serait inapproprié de débuter l’activité de coworking dans le sens inverse : d’abord ouvrir un lieu et attendre que les gens s’y rendent. C’est la même aberration que de créer un produit et de chercher les clients ensuite… Oui, je sais, cela est encore (trop) souvent le cas aujourd’hui. Le risque, si vous décidez tout de même de le faire : passer à côté de votre vraie communauté.

Lorsque vous entrez dans un vrai coworking, vous savez rapidement que vous êtes à la bonne place. 

Qui sont les utilisateurs du coworking ?

Si, jusqu’à maintenant, ce genre d’endroit était surtout fréquenté par des solopreneurs, freelances ou autres startups (qui se retrouvaient souvent cantonnés dans des cafés ou d’autres endroits similaires), la tendance va clairement vers un élargissement du segment. Il s’agit des entreprises qui commencent également à s’intéresser de près à cette alternative.

Une personne qui décide de se rendre dans un coworking le fait parce qu’elle recherche de la flexibilité et de l’interaction. Plutôt que de rester seul à la maison ou dans un bureau traditionnel avec frais fixes, elle peut partager des connaissances ou trouver chaussure à son pied avec de nouvelles opportunités.

C’est un endroit où toute personne qui se trouve loin de son domicile, ou qui cherche un échange, peut y trouver son compte. 

Un problème de base

La mise en place d’une structure attrayante et dynamique. Si dans certains espaces tout est très bien organisé, d’autres rencontrent plus de problèmes pour trouver le juste milieu. Il y a plusieurs raisons à cette situation comme le manque de savoir-faire ou un réseau insuffisant, ce qui se ressent sur la fréquentation comme sur l’animation (organisation d’événements, par exemple). 

Cela mène régulièrement vers l’échec partiel ou total de l’espace, ce qui peut mettre en péril les utilisateurs réguliers du lieu qui ont capitalisé sur l’endroit.

Seul un espace indépendant peut être libre

Une communauté qui peut se nourrir de manière autonome est libre. Être un promoteur de la liberté et de la pérennité c’est avant tout s’assurer que ce que nous faisons peut être fait aussi longtemps que nécessaire. En d’autres termes, il s’agit de se maintenir, grandir et prospérer sans pour autant dépendre de ressources extérieures.

Une certitude : lorsque l’espace de coworking devient inutile à ses membres, il s’éteint ou évolue naturellement. 

Mon ressenti

À chaque fois que je me rends dans un espace de coworking, je ressens ce plaisir renouvelé de partage et de convivialité. Ce sont des endroits où je me ressource par l’échange souvent nourri avec les personnes présentes ou tout simplement l’énergie qui y règne.

Si l’endroit est en plus à proximité de mon domicile ou des lieux de rendez-vous, je ressens clairement une augmentation de ma qualité de vie et celle de mes clients. 

En bref, je dirai : le coworking est une belle invention et une belle opportunité pour s’enrichir et progresser dans sa vie et celle de sa startup ou de son entreprise. 

Dix bonnes raisons pour devenir un coworker

  1. Être entouré, plutôt que d’être seul au monde
    Avant, vous étiez seul à comprendre en quoi consiste votre travail, seul dans la joie et la peine. Vous manquiez d’oreilles attentives et expertes pour vous conseiller, d’un entourage dynamique et stimulant qui vous communique de l’énergie. Parfois, cette solitude était si pesante que vous sortiez pour terminer votre dossier dans un environnement peuplé par d’autres êtres humains, comme par exemple un café. 
    Aujourd’hui, vous êtes bien entouré. Les gens que vous côtoyez ont vécu des choses semblables aux vôtres. Ils vous comprennent. Ils vous transmettent leur énergie et leurs expériences. Ils sont actifs, créatifs, intelligents et dynamiques. 
    Peut-être même seront-ils votre principale motivation pour vous rendre au travail lors des mauvais jours, qui font partie de la vie de toute personne et tout entrepreneur, même expérimenté.
  2. Pouvoir dire : « J’ai un lieu de travail »
    Avant, vous travailliez chez vous. Personne ne vous considérait sérieusement comme une personne « active ». Peut-être en souffriez-vous et parfois était-ce compliqué de travailler dans le lieu où vous viviez. Vous aviez pris de mauvaises habitudes : allumer votre télé, laisser vos dossiers traîner partout, rester en pyjama toute la journée ou d’autres choses qui minaient insidieusement votre productivité.
    Ajoutez à cela la tendance à la procrastination ou à la dispersion, et le domicile devenait un piège où tout était bon pour éviter de se mettre à l’ouvrage. Que ce soit le ménage, les enfants ou une mission d’un jeu quelconque à finir… C’est le genre de tâches dont vous parveniez à vous convaincre qu’elles étaient importantes, mais qui ne faisaient pourtant nullement progresser vos affaires.
    Aujourd’hui, vous vous rendez à votre espace de coworking près de chez vous. Vous pouvez enfin vous concentrer sur les tâches importantes et vous pouvez désormais faire comprendre à votre entourage que vous avez un lieu de travail !
    En d’autres termes : Vous avez une adresse qui figure dans les registres et qui vous éloigne de votre domicile qui faisait aux yeux de tous — parfois y compris par vous-même — office de faire valoir.
  3. Faire des économies
    Avant, vous vous étiez résigné à louer un bureau pour enfin avoir un lieu de travail et pour être plus crédible auprès de vos partenaires. Vous aviez donc dû, dans certains cas, avancer plusieurs mois de loyer pour la caution du local et augmenter vos frais fixes de manière considérable. De plus, ne pouvant vous permettre de vous installer au centre-ville, vous aviez dû opter pour un local blanc aseptisé de 10 m² dans un centre d’affaires de la périphérie ; un rien tristounet…
    Aujourd’hui, vous êtes un coworker et vous travaillez en plein centre-ville pour un prix inférieur à toutes les offres de locaux existants sur le marché. Vous n’avez pas versé une caution et vous ne payez que pour les jours ou vous êtes présent. De quoi vous rendre un peu plus serein… et par là même, heureux.
    Même si le côté financier est souvent secondaire pour les vrais coworkers, il serait injuste de le passer sous silence.
  4. Être plus agile
    Avant, vous étiez régulièrement en déplacement, vous travailliez dans des cafés Wi-Fi dans des conditions souvent précaires ou chez vos clients. Dans ces moments-là, le bureau que vous aviez loué continuait à vous être facturé même sans y mettre les pieds pendant plusieurs jours ou semaines.
    Aujourd’hui, vous êtes un coworker et vous venez dans l’espace quand vous le souhaitez, à l’heure que vous désirez. Vous adaptez votre forfait à votre besoin. Vous bénéficiez peut-être d’un « visa de coworking » qui vous permet de travailler gratuitement dans d’autres villes du pays ou dans le monde entier. 
    Le constat est clair : le coworking rend plus flexible, plus mobile et plus adaptable.
  5. Être à l’affût
    Avant, vous viviez une relation exclusive (parfois solitaire) avec votre projet. Vous étiez un peu à l’image d’un cheval dont les œillères empêchent de voir son entourage. Souvent seul, devant votre écran d’ordinateur, vous n’étiez pas en mesure de saisir les occasions qui naissaient de l’échange, des rencontres fortuites ou des discussions enflammées.
    Aujourd’hui, le coworking vous a fait comprendre la valeur du partage, mais aussi que la présence, dans un même lieu, de plusieurs personnes portant des projets et des regards différents favorise l’apparition d’opportunités nouvelles. Vous avez trouvé de nouveaux contrats auprès de coworkers et vous envisagez de réadapter votre business model grâce au logiciel qu’un ami coworker est occupé à développer…
    Les possibilités qui se créent dans un coworking sont uniques et enrichissantes.
  6. Être plus inspiré
    Avant, vous aviez souvent l’impression de tourner en rond, de mariner constamment dans le même jus réchauffé à de trop nombreuses reprises. Un vrai challenge d’être créatif lorsque l’on est seul, entre quatre murs blancs… et sans aucun retour. 
    Aujourd’hui, vous êtes un coworker et vous savez que les idées se fertilisent par le dialogue et par le cadre de vie. Vous avez conscience de travailler dans un lieu propice à la créativité, plein de gens inspirants et d’idées nouvelles. Vous avez trouvé de nouveaux champs d’applications pour votre projet et un angle d’attaque inédit sur votre marché.
    L’inspiration semble créer de l’inspiration, ce que seul l’échange est capable de produire.
  7. Avoir une meilleur image
    Avant, vous n’osiez pas recevoir des clients ou des partenaires chez vous de peur qu’ils ne s’effarouchent à la vue de votre collection de soldats de plomb ou qu’ils ne trébuchent sur le circuit de course de voitures de vos enfants. Votre courrier professionnel finissait à une adresse bidon ou une case postale sans âme ni étincelles.
    Aujourd’hui, vous êtes dans un espace de coworking et les choses ont bien changé. Vous pouvez maintenant recevoir vos clients ou prospects dans un endroit accessible, élégant et branché. Votre crédibilité se porte déjà nettement mieux. Votre entreprise est désormais domiciliée dans un espace approprié où vous pouvez organiser des événements pour vos partenaires.
    En bref, avec le coworking, vous avez une bien meilleure image et assise.
  8. Avoir de meilleurs outils de travail
    Avant, vous vous débattiez avec votre imprimante poussive, votre connexion capricieuse et la roulette cassée de votre chaise de bureau. Il fallait de nouveaux investissements, parfois incompatibles avec votre startup en mode bootstrapping.
    Aujourd’hui, vous bénéficiez d’une imprimante laser professionnelle, d’un réseau en fibre optique à très haut débit, d’un scanner, d’un fax, d’un projecteur… de tout ce qu’il faut pour travailler dans les meilleures conditions. Vous bénéficiez également d’outils software plus performants grâce aux outils suggérés par la communauté de coworkers.
    Que du bonheur, qu’il s’agit d’apprécier à sa juste valeur.
  9. Continuer à progresser
    Avant, il vous arrivait de regretter l’époque où vous étiez salarié dans une grande entreprise. Ça avait du bon de pouvoir suivre des formations internes, de pouvoir progresser grâce à vos collègues et d’avoir l’opportunité d’exercer des métiers nouveaux… Lorsque vous vous êtes lancé en freelance, vous avez découvert qu’il était devenu difficile d’approfondir ses compétences, seul devant son ordinateur. Et de le faire ailleurs avait parfois un coût important.
    Aujourd’hui, dans votre espace de coworking, vous assistez régulièrement à des événements, des conférences ou des séances de formation qui vous permettent de continuer à progresser tout en restant libre et indépendant. Les amis coworkers avec qui vous travaillez vous font souvent découvrir de nouveaux logiciels plus efficaces et vous enseignent de nouvelles techniques.
    Un argument de plus qui ne peut que difficilement se chiffrer tant il est important et essentiel.
  10. Être libre ensemble
    Vous l’aurez compris, le coworking n’est pas seulement une nouvelle manière de travailler, c’est une nouvelle manière de vivre : libre et autonome sans être isolé. En devenant coworker, vous devenez membre d’une communauté qui vous ressemble et vous assemble. 
    Une communauté capable de se soutenir et de s’enrichir mutuellement. Une communauté qui vit également en dehors du travail, organise des événements festifs, voire des apéros.

Il y a encore bien d’autres raisons qui pourraient vous pousser, à défaut de l’être déjà maintenant, dans un coworking : stimuler votre activité, trouver de nouvelles idées ou le partenaire qui vous manque depuis si longtemps, etc.

Faites un essai ! Peut-être est-ce justement ce qui vous manquait à ce jour.