Créativité

Créez un scénario pour votre projet

Notre rôle consiste à définir ce qu’est notre idée, à savoir ce qu’elle se veut, puis de la réaliser.

À l’image de ce que ferait un scénariste

L’idée est de partager votre projet en trois parties : le début, le milieu et la fin.

Que le projet soit d’ordre personnel ou professionnel, cela ne fait aucune différence. L’objectif est de créer un scénario de base logique — simple à comprendre et à mettre en œuvre — fondée sur une structure en trois actes.

Une astuce qu’emploient les scénaristes : Commencez d’abord par la fin. Si vous écrivez un film, commencez par élaborer le point culminant. Si vous ouvrez un restaurant, commencez par l’expérience que vous voulez procurer au client qui entre et qui commande un repas.

Ensuite, posez-vous la question : de quoi s’agit-il ? Une fois que vous aurez établi cela, la vision de l’état final sera claire. Et connaissant l’état final, vous saurez comment y accéder.

L’explication par le scénario de Moby Dick

Moby Dick, de quoi s’agit-il ?

Il s’agit de l’opposition entre la volonté humaine et la puissance cruelle de la nature, c’est-à-dire (selon la sombre vision du XIXe siècle de Melville), le Dieu de l’ancien Testament.

Donc, un monstre. Une baleine. Un cachalot blanc, parce qu’un cachalot blanc, c’est encore plus étrange et effrayant qu’un spécimen d’une autre couleur.

Puis, un mortel pour défier le monstre. Il doit lui-même être monstrueux. Obsédé, arrogant, obsessionnel, comme l’est le capitaine Achab.

Ayant défini notre thème — autrement dit, le sujet de Moby Dick — nous connaissons maintenant le point culminant : Achab harponne le cachalot blanc et l’affronte en duel jusqu’à la mort. 

C’est le seul aboutissement possible, et nous avons donc notre fin.

Partie suivante : début et milieu. Nous devons préparer le point culminant et le rendre le plus intéressant possible sur le plan des émotions et de la thématique.

Nous devons, autrement dit, définir le protagoniste et l’antagoniste. Montrer clairement au lecteur, ce que chacun représente et ce que signifie leur conflit sur le plan thématique au sens large de la condition humaine.

Début : Ismaël. Notre point de vue. Un témoin de la tragédie à l’échelle humaine.

Une fois Ismaël instauré, nous avons le début et notre fin ultime. Ayant détruit le Pequod et tout son équipage, le cachalot entraîne Achab dans les profondeurs… Ismaël échappe au naufrage, seul survivant, pour pouvoir raconter l’histoire.

Nous voilà prêts à appliquer cette démarche à nos projets personnels. Précédemment, juste un autre exemple sur un projet de start-up.

Facebook en trois actes

  • Fin : Une communauté mondiale d’amis qui peuvent interagir avec d’autres amis et leur transmettre ou partager avec eux pratiquement n’importe quoi
  • Début : Une plate-forme numérique où quiconque le souhaite peut créer, sans frais, sa propre page
  • Milieu : Chaque propriétaire de page détermine à qui il veut permettre l’accès et à quelles informations il peut accéder

Voici votre point de départ, voilà le plan à suivre pour participer à un triathlon, créer votre entreprise ou diminuer votre poids de corps. Décidez de là où vous voulez aller, puis faites marche arrière.

Votre scénario en trois actes : LE DÉBUT

L’objectif est de créer votre idée de base, avec les principales pulsations, sous forme de scénario.

Le premier acte présente le personnage principal ainsi que la majeure partie des personnages. Transposé sur un projet professionnel, ce sera de déterminer de quoi il s’agit, et en quoi le produit peut être utile pour l’acheteur. Pour un but privé, ce sera de déterminer la démarche que nous voulons entreprendre, comme diminuer, par exemple, le poids de corps et avec quels outils nous allons le faire.

À la fin de celui-ci, on va placer un événement qui bouleverse la vie du personnage principal. Il a, suite à ce bouleversement, un but difficile ou une quête à atteindre qui est suffisamment motivant pour aller au bout des trois actes.

Ce processus de création se fait en deux étapes : l’action et la réflexion. Agissez (coucher des mots sur le papier ), réfléchissez (évaluer ce qui est inscrit). Agissez — réfléchissez. Évitez d’agir et de réfléchir simultanément.

Tenez également compte des points suivants :

  1. Commencez avant d’être prêt !
    Cette démarche a des conséquences positives. D’abord, cela démontre que nous avons le courage. Ensuite, comme par enchantement, le courage engendre le courage.
    W.H. Murray a dit : Jusqu’au moment où l’on s’engage, il n’y a qu’hésitations, occasion de revenir en arrière et inefficacité. Concernant tous les actes exigeant initiative et création, il y a une vérité élémentaire dont la méconnaissance a fait avorter des idées innombrables et des projets fabuleux : c’est qu’à l’instant où l’on s’engage pour de bon, que la providence se met en marche à son tour. Il se produit alors toutes sortes de circonstances favorables qui autrement ne se seraient peut-être jamais manifestées. La décision engendre un courant d’événements qui suscite sur son passage une variété d’incidents imprévus et bénéfiques, de rencontres et de soutiens matériels dont personne n’aurait osé rêver.
  2. Éliminez les recherches préalables
    Nous voulons travailler, et non nous préparer à travailler !
    Avant de vous lancer, vous voulez vous documenter. Non, plus tard, commencez immédiatement !
    Car, les recherches peuvent se transformer en résistance. Contentez-vous de quelques lectures, et laissez vos idées prendre le dessus. Plus tard, si vous le jugez utile, vous pourrez faire des recherches sérieuses et systématiques.
  3. Restez primitif
    Car la conception a lieu au niveau primitif.
    La chambre d’hôpital a beau être irréprochable et stérile. La naissance, elle-même se fait souvent dans le chaos, la douleur, et le sang. Il en est de même pour la plupart des projets.
  4. Visez haut
    Sans jouer le tout pour le tout dès le départ, jamais nous ne réussirons à atteindre le haut du pavé avec un saut.

Votre scénario en trois actes : LE MILIEU

Le deuxième acte nous montre le personnage en quête d’un nouvel équilibre. C’est la partie la plus longue du film. Dans le cas du projet, ce sont les moyens que nous allons mettre en œuvre pour réussir à atteindre le but final.

Pour cela, il rencontre des alliés, des ennemis. Des épreuves se dressent devant lui. Ici nous sommes dans le ventre de la bête, où nous devrons trouver de nombreuses solutions, adapter, modifier, et passer par bien plus d’épreuves qu’il nous est généralement agréable.

À présent il convient de

  • Compléter le scénario de base par sept ou huit scènes, séquences ou, de moments merveilleux, divertissants et enrichissants. Ici nous sommes en plein dans l’établissement de la VP (Values propositions) et du BMC (Business Model Canvas) voir du Business Plan.
    a. Une scène d’ouverture impressionnante
    b. Au milieu, deux principaux éléments autonomes
    c. Un point culminant époustouflant
    d. Un condensé du thème
  • Faire des recherches plus approfondies, si nécessaire, sur les divers sujets traités
  • Faire le plein, de ce dont vous avez besoin pour remplir les espaces
  • Travailler sans répit

Cesser de vous autojuger — Exclure l’auto-jugement ne veut pas seulement dire chasser notre voix intérieure qui dit, tu es nul. Cela signifie aussi nous libérer des attentes conventionnelles concernant la tournure que doit ou devrait prendre notre travail — laissez votre critique intérieure à l’extérieur.
Agissez et réfléchissez, deuxième partie. Jusqu’ici la devise était agissez, ne pensez pas. Nous allons à présent passer à agissez, puis réfléchissez.
Voici comment vous pouvez vous y prendre
-
Au moins deux fois par semaine, vous faites une pause en plein travail et entrez en réunion avec vous-même. (Si vous faites partie d’une équipe, vous convoquez une réunion d’équipes)
- Vous vous reposez la question, c’est-à-dire ce projet, de quoi s’agit-il ? Quel en est le thème ? Tous les éléments servent-ils bien ce thème ? Parfois c’est un véritable enfer de trouver la bonne réponse. Beaucoup de projets ont couru à leur propre perte, par manque de confrontation à cette question et de sa résolution.

  • Remplissez les espaces, deuxième partie
  • Posez-vous la question : que manque-t-il ? Puis remplissez l’espace.

Le deuxième acte se termine par un rebondissement qui donne une nouvelle direction à la quête. Dans le projet, c’est à ce moment que nous pouvons mettre une version bêta ou finale sur le marché

Remplissez les espaces, car les idées viennent rarement linéairement. Les idées naissent selon leur propre logique. Or cette logique est souvent irrationnelle et peu linéaire. Ainsi, le milieu peut vous venir avant la fin, ou la fin avant le début.

Soyez prêt pour cela !

Votre scénario en trois actes FIN

Le troisième acte est le plus court et nous décrit la dernière étape de la quête. Le personnage se voit confronté à une ultime épreuve dans laquelle il doit mettre toutes ses ressources, pour finalement triompher ou échouer sans retour possible. Lors de notre projet, c’est le moment de livrer le produit.

Pourquoi est-il essentiel de livrer ?

Parce que : terminer c’est la partie décisive de n’importe quel projet. Si nous ne pouvons terminer notre travail, il n’aura servi à rien.

Ainsi, la conscience fait de nous tous des lâches ; ainsi les couleurs natives de la résolution blêmissent sous les pâles reflets de la pensée ; ainsi les entreprises les plus énergiques et les plus importantes se détournent de leur cours, à cette idée, et perdent le nom d’action. -Hamlet

Chaque personne qui a déjà créé une start-up sait que la résistance est à son comble vers la fin. À ce moment il est essentiel de faire ce qui doit être fait, quitte à sembler cinglé ou excentrique, pour terminer et être prêt à livrer.

Lorsque nous livrons, nous sommes exposés

Voilà pourquoi cela nous fait si peur.

Lorsque nous livrons, nous nous exposons au jugement du monde réel. Le monde réel se prononcera sur notre travail et sur nous. Lorsque nous livrons, nous sommes exposés à l’échec. Lorsque nous livrons, nous nous exposons à l’humiliation.

En même temps : il n’y a rien de tels pour nous rendre plus forts parce que cela nous plante solidement sur la planète terre, et nous débarrasse de nos fantasmes et de notre manque de lucidités auto-destructrices et nombrilistes… LIVREZ !

J’avais trente-sept ans, j’avais abandonné tout ce qui est normal dans la vie pour poursuivre mon rêve de devenir entrepreneur.
Je ne suis qu’un perdant, un imposteur ; ma vie est dépourvue de sens, et moi aussi.

Lorsque ce genre de pensées vous envahit, la question se pose : allez-vous renoncer ? Certainement non ! Réjouissez-vous, vous êtes là où vous vouliez être, n’est-ce pas ? Vous avez subi des revers, et alors ! C’est le prix à payer pour être dans le stade plutôt que sur la touche.

Cessez de vous plaindre et soyez reconnaissant.

C’est dans ce moment-là que vous allez vous rendre compte que vous êtes devenu un pro. Vous n’avez pas encore connu le succès, mais vous avez fait l’expérience d’un véritable échec.

Tuez le dragon une fois, et il n’aura plus jamais la mainmise sur vous. L’ayant vaincu une fois, vous saurez que vous pouvez le battre encore. C’est un vrai changeur de donne. Voilà qui transformera votre vie.

Livrez toujours. Expédiez toujours.

Lorsque vous avez terminé, récompensez-vous !

Puis retournez au travail et recommencez, avant même d’être prêt, le prochain projet.

Ce qui est à retenir

Tous nos projets peuvent être abordés sous une forme de scénario en trois parties.

La première : LE DÉBUT consiste à déterminer de quoi il s’agit.

La deuxième : LE MILIEU, ce sont les moyens que nous allons mettre en œuvre pour réussir à atteindre le but final

La troisième : LA FIN, à achever et à livrer.

La mise en scène de notre projet est aussi importante que le scénario. Chaque déplacement est une pierre qui se rajoute à notre œuvre.

Un peu de sagesse pour commencer

Exercice issu du livre de Patricia Ryan Madson « Improve Wisdom » :

Imaginez une boîte munie d’un couvercle. Prenez la boîte entre vos mains. Maintenant, ouvrez-la. Que voyez-vous à l’intérieur ?

Peu importe le nombre de fois que vous l’ouvrez, il y a toujours quelque chose à l’intérieur.

  1. La passion : Comme un enfant, qui joue avec passion à longueur de journée. Chacun de nous a cette faculté en lui, qu’elle soit présente ou en sommeil, il suffit de faire les bonnes choses pour qu’elle se manifeste.
  2. L’aide : Si la résistance est l’ombre, l’aide est le soleil.
  3. Les amis et la famille : Il ne nous restera plus que deux choses lorsque nous aurons rejoint l’autre rive, notre génie inné et les cœurs qui nous sont chers.

Mettez à présent votre idée par écrit

Il sera toujours temps de l’ajuster ensuite.

  • Divisez votre feuille de papier grand format en trois parties : début, milieu et fin
  • Tracez-en les grandes lignes, en suivant votre instinct et sans vous arrêter !
  • Terminez la première version de votre projet d’A à Z aussi rapidement que possible
  • Ne vous préoccupez pas de la qualité. Passez à l’action sans penser (lorsque je vous dis ne pensez pas, cela signifie : n’écoutez pas ce bavardage, qui défile sur l’écran de votre cerveau. Ce ne sont pas vos idées, ce n’est que du bavardage, de la résistance)
  • Commencez par la fin ! Si vous ouvrez un restaurant, commencez par l’expérience que vous voulez procurer au client qui entre et qui commande un repas
  • Établissez le concept de base
  • Répondez à la question de quoi s’agit-il ? Une fois que vous aurez établi cela, vous aurez une vision claire de l’état final. Et connaissant l’état final, vous saurez comment y accéder
  • Complétez le début
  • Complétez le milieu
  • Une fois que vous avez rédigé votre projet en trois actes sur une feuille de papier grand format, posez-vous les questions suivantes :
    a. Êtes-vous satisfait avec le concept et le thème ? (Dès que vous avez défini le thème, rien d’autre ne devrait plus venir s’intercaler dans le projet.)
    b. Aimez-vous votre idée ?
    c. Votre instinct vous dit-il qu’elle est juste ?
    d. Êtes-vous disposé à souffrir pour la réaliser ?
  • Il ne vous reste plus qu’à retenir trois mantras :
    a. Restez primitif
    b. Faites confiance au chaos
    c. Visez haut

Maintenant : soyez prêt à lutter contre la résistance.

Démarrez votre projet

L’univers est aussi activement bienveillant. Vous devez bien le ressentir actuellement. Vous devez sentir comme un vent arrière.

Vous l’artiste ou l’entrepreneur déversez votre amour dans votre travail ; vous l’imprégnez de passion, d’intention et d’espoir. C’est du sérieux. L’univers répond à cela. Il n’a pas le choix.

Un travail en cours génère son propre champ énergétique, créé par votre volonté et votre attention. Ce champ attire dans son orbite des entités de même nature. Quelles entités ? Les idées !

Vous avez à présent un outil qui peut vous être utile pour avancer dans vos projets, utilisez-le … peut-être que vous serez surpris du résultat.

Le choix est entre vos mains, faites le mieux possible !

BRAVO ! Je lève mon chapeau à celui qui a conduit ce bateau en mer et l’a rapporté au port sain et sauf.

Mes convictions

Pensez-y : De nous faire plus petit que nous ne le sommes, ne sert nullement le monde. Il n’y a aucun mérite à se diminuer soi-même pour que les autres se sentent en sécurité.

Nous sommes là pour briller de tout notre éclat, comme le font les enfants, et pour manifester au grand jour la gloire qui est en nous. Et cette gloire ne réside pas seulement en quelques-uns d’entre nous, mais en chacun.

Quand nous laissons resplendir notre propre lumière, sans le savoir, nous donnons aux autres la permission de faire de même.

Lorsque nous nous libérons de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres.

Une personne perplexe se tient devant deux portes. Sur la première, on peut lire CIEL et sur l’autre, LIVRES PARLANTS DU CIEL. Pourquoi avons-nous tendance à opter pour la porte qui dit ; livres parlants du ciel ? 
Sommes-nous timides à ce point ? Avons-nous aussi peu de cran ?

Il m’a fallu bien des années pour comprendre vraiment cette citation. Même que le courage, je l’ai toujours eu, il m’a fallu plus de temps pour comprendre qu’il était inutile de lire mille livres, si je les fermais ensuite pour reprendre mon train-train journalier.

Peut-être que vous faites également partie de ce groupe de personnes, qui compte une (trop) grande communauté à travers le monde.

Lecture proposée

Go! AGISSEZ! de Steven Pressfeld — Éditions du trésor caché — ISBN 978–2–922405–94–1 — www.tresorcache.com