Succès

L’échec est une option possible, pourquoi l’occulter ?

Parce que de nombreuses raisons peuvent nous pousser à ignorer ou à refouler cette réalité.

failure (1).jpg

L’occultation de l’échec est-elle innée ?

En ce qui me concerne, je penche plutôt vers l’option acquise. Car pour la plupart d’entre nous, et cela dès notre plus jeune âge, l’enseignement de notre entourage proche est d’être ou de devenir un gagnant et, dans le pire des cas, un gagnant à tout prix.

En d’autres termes : mieux vaut être un gagnant en apparence, et avoir un succès superficiel, plutôt qu’être un perdant aux yeux de tous.

Peut-être que cela vous parle, et que vous connaissez même des cas concrets…

Il est possible de tourner un échec en réussite

C’est une bonne nouvelle, et j’en ai eu la confirmation lors de la Nipconf du 30 octobre 2015 à l’EPF Lausanne (www.nipconf.com) ou j’oeuvrais dans la zone expérience en tant que modérateur du studio Nipconf.

Nous avions prévu d’installer, par l’intermédiaire de Sedat Adiyaman de la société neuchâteloise think2make, une boîte à idées géniale. Mais voilà, malgré un travail acharné de la part de Sedat, rien n’a fonctionné comme prévu.

Le jeudi soir déjà, nous avons dû nous rendre à l’évidence que la boîte à idées restera — sauf événement extraordinaire — sans idées. La déception était palpable, surtout pour le patron de la société think2make, qui semblais être au fond du gouffre et totalement démuni face à cette situation peu glorieuse.

Ici pourrait s’arrêter cette histoire…

Ce qui est loin d’être le cas !

Le vendredi, jour de la manifestation, nous aurions pu penser que Sedat serait terré dans une caverne en train de s’apitoyer sur son sort. Eh bien, non, il était là et bien là durant toute la journée. Il fut peut-être même un des derniers à quitter la manifestation le vendredi soir.

Oui, il était présent et en plus souriant et positif. Ce qui ne signifie nullement qu’il était heureux de ce qui venait de se passer. Mais ses pensées allaient vers une issue favorable, une analyse de la situation, et comment en retirer du positif pour le futur.

Ah bon…, me direz-vous

Il n’y a pourtant aucune raison d’être fier ou de célébrer, si ce n’est l’échec cuisant que lui et sa société venait d’essuyer.

J’ignore à partir de quel moment il a échafaudé le plan, et de faire la proposition d’en parler ouvertement et en direct à la radio. Quoi qu’il en soit, vers les 15 heures, il est venu me voir pour me parler de son idée. Il m’a proposé de faire une intervention, sous forme d’interview, où il parlerait de son échec aux auditeurs de la Nipconf.

Il m’a dit : notre société a pour habitude de parler des belles choses et de succès, mais rarement des échecs. Ces derniers font pourtant partie intégrante de notre vie, et sont omni présents dans le monde de la start-up… Boom, c’était dit, bien dit !

Autant de franchise, et de bon sens, ont fait que nous avons transformée son idée en action, ce qui reste comme une expérience très intéressante dans mon esprit (lorsque l’enregistrement sera publié, vous trouverez un lien ici).

Ce que j’ai également apprécié, c’est la manière, comment Sedat a géré la situation. Il a su transposer les choses de manière qu’elles trouvent une issue favorable.

Dans ce cas de figure, nous pouvons dire : il peut y avoir une issue favorable à tout problème, il suffit d’y penser.

Les enseignements

Rien n’est acquis d’avance, même lorsque nous pensons que c’est le cas.

Le fait de partager ses échecs (comme les réussites d’ailleurs) nous leur donnons toute une autre dimension.

Même lorsque tout semble aller de travers, il est possible d’en retirer quelque chose de positif.

Dix questions à explorer

  1. Sommes-nous réellement en échec ?
  2. Quelle est/sont le/les point(s) qui nous a/ont échappé(s) ?
  3. Avons-nous fait une erreur ?
  4. S’agit-il d’éléments que nous ne pouvions prévoir ?
  5. S’agit-il d’un problème unique ou récurrent ?
  6. Avons-nous sous-estimé la situation ?
  7. Étions-nous insuffisamment préparés ?
  8. Aurions-nous dû demander du soutien ? Si oui, à quel moment ?
  9. Comment pouvons-nous éviter ce genre de problème à l’avenir ?
  10. Que pouvons-nous apprendre de la situation, et comment la tourner à notre avantage ?

Vous trouverez certainement d’autres questions pertinentes, ce qui va vous permettre d’aller plus souvent vers le succès après un échec.

Un autre point important

Seules les personnes qui tentent quelque chose, peuvent subir des échecs.

De plus, chaque entrepreneur vous le dira : l’échec fait partie de la courbe d’apprentissage, et est nécessaire à la réussite.

Ce que je peux vous donner sur le chemin : Faites comme Sedat, tirez le meilleur de vos échecs, apprenez, et cherchez une solution favorable à toute situation quelle qu’elle soit.

Ma conviction

Lorsque nous sommes face à un échec, c’est (trop) souvent notre ego qui réagit. Nous avons tellement peur d’être jugés — vu que c’est ce que nous faisons nous-mêmes la plupart du temps — et, d’être estampillé comme perdant.

La seule chose qui peut nous faire échapper à cet engrenage, c’est d’accepter que les choses peuvent parfois aller dans le mauvais sens et qu’il vaut mieux s’en accommoder.

Trouvons le dialogue

Si cet article vous a plu, et que vous l’avez trouvé utile, vous pourriez répondre à la question suivante : Comment abordez-vous vos échecs ?

Merci de simplement ajouter votre réponse dans les commentaires. Si vous préférez le faire à travers un courriel il est également la bienvenue.

Partager, c’est gagner…